UNE TECHNIQUE FACILE POUR AMÉLIORER TON NIVEAU D’ORTHOGRAPHE

UNE TECHNIQUE FACILE POUR AMÉLIORER TON NIVEAU D’ORTHOGRAPHE

Si tu es arrivé ici, c’est que tu as compris que l’orthographe et la grammaire c’est important dans ta vie professionnelle. 

Tu veux écrire sans faire de fautes mais tu ne sais pas par où commencer ? Trop difficile, trop long, tu n’as pas le temps.

Je vais te montrer que tu as raison… et tort.

Tu as raison de penser qu’il est nécessaire de bien écrire pour exister socialement, professionnellement. 

Tu as tort car ce n’est pas difficile, et du temps il ne t’en faut pas tant que ça pour progresser si tu t’organises bien. Et surtout si tu on te donne les bonnes techniques.

« Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse. »

Nelson Mandela

Tu penses que c’est difficile parce que depuis le CE1 c’est ce que tu t’es mis en tête : « comme je n’y arrivais pas à cette époque je n’y arriverai pas aujourd’hui. Ni demain. Ni jamais. »

C’est un ancrage, ou encore une « croyance limitante ».

Peut-être même que c’est une souffrance pour toi, un vieux mauvais souvenir du temps de tes zéros en dictée.

Pour toi, l’orthographe, la grammaire ou la syntaxe sont comme des mondes que tu n’as jamais pu explorer, des terres inconnues avec des forêts vierges à traverser à la machette. 

Or tu n’as pas de machette, et tu n’es pas un aventurier. 

Toi, tu vends ta matière grise. Tu es performant dans ton domaine, tu as une expertise et c’est pour ça qu’on te paye. Oui mais…

Tu as besoin d’écrire. Et c’est fou tous tout le temps que tu perds sur ses ces @#!%& de règles d’orthographe quelqu’elles quelles qu’elles sois soie soient.

Alors oui, tu as besoin d’écrire tous les jours, et pas seulement pour la liste des courses : des courriers, des e-mails à tes clients, des articles et des posts sur les réseaux, mêmes des textos. 

Personne n’y échappe. 

Dans toutes les professions on a toujours besoin d’écrire. Et quand tu dois produire un texte mal écrit, tu sais que tu seras mal considéré. 

Pas rigoureux. Pas fiable.

Ton destinataire aura inévitablement un a priori négatif sur tes compétences. 

S’il te connaît, ça pourra encore passer… à la limite. 

Mais si c’est un prospect ou un nouveau client, tu peux être le meilleur dans ton domaine, lui ne le sait pas forcément.

Et dans un premier temps, il dispose simplement de ce que tu lui as envoyé pour se faire une idée de ce que tu peux lui apporter. 

C’est comme si tu arrivais avec un jean troué et une chemise sale à un rendez-vous, une jupe tachée, des cheveux pas lavés, un collant filé. 

Ou bien comme si tu te pointais devant un client ou ton directeur au saut du lit.

Ça ne te traverserait pas l’esprit.

Tu te laves, tu passes des vêtements propres dans lesquels tu es à l’aise, tu cires tes chaussures… 

Avec les écrits c’est pareil : quand tu les envoies ils doivent être soignés, impeccables. Non seulement dans le fond pour exposer clairement ton raisonnement, mais aussi dans la forme, c’est indispensable pour toucher ta cible. 

Alors en désespoir de cause, je parie que tu te jettes sur des solutions aux résultats douteux. 

Si c’était si simple ça se saurait, et l’orthographe ne serait un problème pour personne.

 

♦ Les fausses solutions : 

Qui n’en a pas tenté au moins une dans sa vie ? 

Petit tour d’horizon des plus courantes : 

  • Laisser ton texte en l’état en te disant que ça passera.
  • Non, ça ne passera pas : trop de fautes tue le sens.

 

  • Corriger quelques erreurs ici ou là. Ce sera toujours mieux que pas de correction du tout.
  • Non, ça ne sera pas pire, mais pas mieux.

 

  • Pratiquer consciencieusement la stratégie de l’évitement : remplacer un mot ou une tournure compliquée par une formule dont tu es plus sûr.
  • À ce jeu-là tu vas vite perdre le fil et tu vas t’épuiser.

 

  • Pratiquer laborieusement la sur-correction.
  • Non, car Google n’est pas systématiquement ton ami. 

Abondamment alimenté par des internautes de bonne volonté, mais pas tous au top de l’exactitude. 

Quant au Bescherelle, oui c’est une valeur sûre. Mais le temps que tu perds à t’y plonger chaque fois que tu te questionnes…

Non. Tu n’as pas que ça à faire.

 

  • Demander une relecture à plus expert que toi dans ton entourage.
  • Non,  car même disponible, il/elle ne sera pas toujours là pour te servir. 

 

  • T’adjoindre les services d’un logiciel de correction. 
  • Non, car quel que soit leur degré de performance, AUCUN ne corrigera l’intégralité de tes fautes. Il pourra même t’en faire commettre d’autres.

Alors quoi… tu es condamné pour l’éternité ? 

Bien sûr que non ! Tout devient facile en suivant un processus bien élaboré.

Laisse-moi t’expliquer comment tu vas y arriver.

« Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas. »

Lao-Tseu

(Oui, j’aime bien citer les grands sages)

Imagine-toi dans la peau d’un enquêteur de police. Les faute sont tes suspects, tu les traques, et quand tu les as trouvées tu dois les extraire pour qu’elles ne portent pas préjudice au texte. Comme un criminel qu’on isole car il est nuisible pour la société.

♥ Les vraies solutions : 

  • Pose-toi les bonnes questions. 
  • Interroge la phrase : qu’est-ce qu’elle veut dire ? Le mot : Pourquoi celui-ci et pas un autre ?

 

  • Fais appel à un coach en orthographe qui corrige tes fautes, mais avec toi.
  • Il te donne la marche à suivre pour te corriger toi-même. C’est toi le correcteur, lui c’est ton guide. De cette façon tu es autonome et tu sauras comment procéder tout seul dans le futur.

 

 LA TECHNIQUE : 

Parmi les vraies solutions, je vais te montrer comment mettre la première en application : 

Pose-toi les bonnes questions. 

➡ Va du général vers le particulier

L’orthographe : c’est la façon dont s’écrivent les mots, sans préoccupation de sens.

La grammaire : ce sont les règles qui cette fois, permettent de savoir comment s’écrivent les mots selon leur rôle dans la phrase : leur NATURE et leur FONCTION.

Analysons cette phrase :

“Quels qu’ils soient, des exemples simples à mémoriser, valent mieux qu’une longue explication”.

“Des exemples simples

-nature de “exemples” = nom commun (ce qu’il est, tout simplement)

fonction de “exemples” = sujet (ce à quoi il sert dans la phrase)

Parlons de toi : ta nature c’est d’être humain ; ta fonction c’est ton métier.

➡ Pense « global »

Tu écris dans un but précis, tu veux dire quelque chose à un destinataire qui doit :

  1. Comprendre ton message, 
  2. En ressentir une émotion. Par exemple : 

-envie (de te fixer un rendez-vous pour te rencontrer), 

-besoin (de te passer commande du produit que tu vends).

Rédige ton texte en gardant ta cible en ligne de mire : 

Ce que tu veux dire, à qui tu veux le dire. Va jusqu’au bout en te focalisant sur cet objectif. C’est-à-dire qu’à ce stade tu ne te préoccupes pas de l’orthographe, tu suis ton idée. 

Tout au plus, va à la ligne ou fais des paragraphes pour bien distinguer tes idées.

Quand tu estimes avoir tout dit, passe à autre chose.

➡ Laisse reposer

Si tu te relis alors que tu viens d’écrire, ton cerveau est imprégné de l’ensemble et tu ne peux pas te focaliser sur les détails. 

Passe à autre chose avant d’y revenir.

Tu es allé sur les lieux du crime.

Tu as effectué les prélèvements.  

Tu analyses en prenant de la distance pour réfléchir.

➡ Mène l’enquête

Que fait un enquêteur qui veut résoudre une énigme ? Il interroge les suspects.

Ici, l’enquêteur c’est toi, et les suspects sont :

-les phrases : que veulent-elles dire ?  

-les mots qui composent ces phrases : comment les choisir ?

Commence à entrer dans le détail

Comprends le sens de la phrase.

Sers-toi  des indices

Les mots 

verbe

sujet

adjectif

adverbe

Est-ce que chaque mot est approprié ?

Est-ce qu’il est bien à sa place ? 

Si c’est le cas, intéresse-toi maintenant à l’orthographe et à la grammaire.

Cherche le sujet

-Dès que tu rencontres un verbe tu cherches son sujet, cela te permet de trouver la bonne conjugaison.

-Tu cherches les adjectifs, qui doivent être accordés aux noms qu’ils qualifient :

“Des exemples simples” (masculin pluriel)

“Une longue explication” (féminin singulier)

 ➡ Joue à la substitution

Substituer, c’est remplacer une chose par une autre. 

a – les mots

“Exemples” est un nom masculin pluriel, qui peut être remplacé par « ils ».

QuelS qu’ILS soient = peu importe QUELS sont ces exemples, peu importe ce qu’ils sont.  

La phrase garde tout son sens. Tu sais que quelqu’il 😵 ou quelqu’ils 😱 est incorrect.

Donc, tu l’écris en deux mots. 😃

Tu procèdes de cette façon en passant tous les mots suspects à la loupe. Cette étape 3 peut demander un certain temps, mais elle est indispensable. 

b – les accords

Accorder un adjectif et un nom, c’est simple quand ils se suivent. 

Comme dans : une longuE explication. Facile.

Mais quand le nom et l’adjectif sont éloignés ?

“Les exemples valent mieux qu’une longue explication, simples à mémoriser”. 

(Par ailleurs, la ponctuation a également de l’importance, elle constitue un suspect de taille ! C’est ce que nous verrons un peu plus loin).

c – la conjugaison

À chaque fois que tu croises un verbe pendant ta relecture, cherches-en systématiquement le sujet. Car là encore, s’ils sont accolés l’un à l’autre la correction sera plus facile, mais dans le cas contraire tu dois y prêter une grande attention. 

“Les exemples simples, mieux qu’une longue explication, se mémorisENT facilement.”

Ce sont bien les exemples qui se mémorisent, pas “l’explication”.

d – la ponctuation

Tous les signes de ponctuation sont importants. 

Ils déterminent le sens d’une phrase, autant que les mots.

Si tu places la virgule ici : 

“Les exemples valent mieux qu’une longue explication, simples à mémoriser”

Tu vois que ce sont les exemples qui sont “simples”.

Si tu ne mets pas de virgule : 

“Les exemples valent mieux qu’une longue explication simple à mémoriser”.

Tu vois que c’est l’explication qui est “simple”. 

Et la phrase n’a plus de sens. 

➡ Soigne la présentation

Articule ton texte en chapitres séparés par un saut de ligne, 

-Un chapitre par idée.

Cher Monsieur Dupond,

1) Je vous remercie de m’avoir reçu ce matin, au sujet de … 

2) Votre présentation du projet était très claire, tant au niveau des points abordés que du délai imparti pour les mettre en application. Cela m’a permis d’informer mes collaborateurs dans le détail, une avancée qui sera précieuse pour la suite.

3) J’aimerais cependant attirer votre attention sur le fait que nous ne pourrons sans doute pas être prêts pour la réunion préliminaire de la semaine prochaine.

4) Pouvons-nous la reporter au début du mois prochain ? De cette façon nous serons en mesure de débuter nos travaux dès le 15 avril.

5) Je vous prie, etc.

Pour résumer : 

➡Va du général vers le particulier

➡Pense « global »

 ➡Laisse reposer

➡Mène l’enquête

➡Joue à la substitution

a – les mots

b – les accords

c – la conjugaison

d – la ponctuation

➡Soigne la présentation

 

Reprends tous les points de cette première technique et utilise-les comme des outils, tu seras plus efficace à l’écrit. 

 

Et ce n’est qu’un début !

Si  cet article t’a été utile, ne te retiens pas et partage-le 🤍

 

À bientôt,

 

Marie

 

Partager l'article :

Vos questions et commentaires sont les bienvenus